En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Physique Chimie

ILS ÉTAIENT 200 HABITANTS AU RENDEZ-VOUS - Retour sur la présentation publique du rapport de la Commission - Le Grand Débat Transition Energétique NANTES MÉTROPOLE

Par EMMANUEL HOURDEQUIN, publié le dimanche 24 septembre 2017 16:24 - Mis à jour le mardi 26 septembre 2017 21:43
arton139.png
J'ai posté de nombreuses contributions individuelles sur le site du Grand Débat sur la Transition Énergétique. J'apparais sur la vidéo prise lors de la présentation publique du rapport de la Commission le mercredi 20 septembre 2017 de 18h00 à 21h00.

 

 

Pour lire mes propositions, taper HOURDEQUIN à l'adresse https://www.nantestransitionenergetique.fr/recherche

Sinon, voir sur mon site personnel : http://emmanuelhourdequin.free.fr/spip.php?article139

L'idée générale est qu'on entend tous les jours qu'il faut de la croissance pour qu'il y ait de l'emploi. Or il ne peut pas y avoir de croissance sans énergie, sujet d'étude central de la physique.

Or l'énergie qu'on utilise est exclusivement sale (sources d'énergies fossiles et fissiles à base d'uranium-235).

La croissance est donc forcément sale, avec des externalités négatives incommensurables : réchauffement climatique, ouragans (pétrole, charbon, gaz naturel), cancers à cause de la pollution de l'air (diesel des camions et des voitures, kérosène des avions), de l'eau (pesticides, radioactivité) de la terre et des aliments (pesticides, perturbateurs endocriniens, radioactivité, hormones, antibiotiques, etc).

Un tel système ne peut pas fonctionner car le prix à payer par la collectivité est insoutenable (réfugiés climatiques à cause de l'augmentation du niveau de la mer, reconstruction après les ouragans mais ouragans de plus en plus fréquents et violents, déficit chronique de la sécurité sociale à cause de l'augmentation exponentielle des cas de cancers observés - on parle, par abus de langage, d'épidémie de cancers car ce n'est pas la maladie elle-même qui se transmet mais le mode de vie qui le provoque), chômage à cause des délocalisations dues à un prix du transport trop bas.

Pour les physiciens et les chimistes, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Une croissance économique constante, à base d'énergie sale, correspond à une consommation croissante des sources d'énergies fossiles et fissiles soit des centaines de milliers de tonnes de pétrole, charbon, gaz et uranium qui viennent s'ajouter tous les ans aux dizaines de milliards de tonnes qu'on consomme déjà. On ne peut pas avoir une croissance infinie dans un monde fini pour la bonne et simple raison que les stocks ne sont pas infinis (et les énergies sales sont toutes des énergies de stock). On a consommé en une centaine d'année des stocks d'énergie qui ont mis plusieurs millions d'années à se former. En faisant cela, on ne laisse rien aux générations futures sinon nos saletés (déchets nucléaires, pollutions diverses - qui resteront dangereux des milliers voire des millions d'années après notre mort). Un tel égoïsme est purement et simplement immoral.

Il faut changer de paradigme et vite ! Il ne nous reste que quelques années pour inverser la courbe de production de CO2 dans l'atmosphère. Après, ce sera trop tard, et le système climatique deviendra incontrôlable (fonte du permafrost avec libération de méthane à pouvoir de réchauffement 20 fois supérieur au CO2).

Pour cela, il faut économiser l'énergie (la meilleure énergie est celle qu'on ne consomme pas) et utiliser exclusivement des énergies de flux (sources d'énergies renouvelables comme le soleil, le vent, les courants marins, la biomasse, le biogaz, etc.) qui sont gratuites et par nature inépuisables. C'est ce que l'on appelle la transition énergétique.

La transition énergétique est une problématique sociétale qui concerne tout le monde. Elle touche à la santé publique au bien être, à l'emploi et à la bonne santé des finances publiques permettant de financer la recherche publique (CNRS), l'Université, les lycées, les collèges, les écoles, les hôpitaux publics.

C'est la seule façon de sortir par le haut de la crise qui n'est pas économique mais énergétique, écologique, sociale (santé publique) et morale (pollué-payeur, pollueur payé avec des subventions publiques, générations futures sacrifiées). 

C'est la seule façon de lutter contre le dumping environnemental et social qui est de rigueur actuellement et qui dure depuis longtemps déjà, privilégiant systématiquement l'intérêt privé d'un petit nombre à court terme devant l'intérêt général d'un grand nombre à long terme (accès à la santé et à l'éducation pour tous sacrifié pour remplir les poches d'une minorité de ploutocrates qui planque son pognon dans les paradis fiscaux).

Pourtant, cette ploutocratie se tire une balle dans le pied. Elle coupe la branche sur laquelle elle est assise. Elle ne fait que précipiter l'effondrement de l'humanité tout entière en trouant la coque du vaisseau sur lequel on voyage (la Terre).

Écouter les scientifique (GIEC) et faire la transition énergétique est la seule façon d'assurer la survie de l'humanité sur la planète Terre.

Il ne faut jamais oublier que la science n'est pas une opinion et qu'il n'y a pas de planète de rechange.

VOICI MES PROPOSITIONS CONCERNANT NOTRE LYCÉE LIVET

  1. FAIRE UNE GRANDE CENTRALE SOLAIRE SUR LES TOITS DU LYCÉE (AFFICHAGE CO2 ÉCONOMISÉ ET ARGENT GAGNÉ)
  2. PROMOUVOIR LA MOBILITÉ ÉLECTRIQUE ET LE VÉLO POUR TOUS (VÉLO, VÉLO ÉLECTRIQUE, SCOOTER ÉLECTRIQUE, VOITURE ÉLECTRIQUE)
  3. PERMETTRE UNE RECHARGE GRATUITE DES VÉHICULES ÉLECTRIQUES À L'ÉNERGIE SOLAIRE DE LIVET
  4. ORGANISATION DE CONFÉRENCES SUR LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, LA FISCALITÉ ÉCOLOGIQUE, LE DROIT DE L'ENVIRONNEMENT ET LE DROIT DE LA SANTÉ PUBLIQUE
  5. FILMS-DÉBATS SUR LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE (AL GORE, UNE VÉRITÉ QUI DÉRANGE - 2006 - PUIS UNE SUITE QUI DÉRANGE - 2017)

 

Emmanuel HOURDEQUIN

 

 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe