En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Physique Chimie

Veille Scientifique

Par EMMANUEL HOURDEQUIN, publié le mercredi 14 septembre 2016 21:05 - Mis à jour le vendredi 28 avril 2017 10:41

Marche pour les sciences - 22 avril 2017 - Jour de la Terre - "La science n'est pas une opinion"

Des chercheurs ont manifesté à San Francisco pour défendre la recherche sur les changements climatiques

Le 22 avril 2017, une marche historique doit avoir lieu aux États-Unis et à travers le monde. Elle a été lancée parl'intermédiaire du compte Twitter @ScienceMarch DC, par Jonathan Berman, de l'université du Texas, et Caroline Weinberg, chercheuse en santé publique. "Nous avons été inspirés par les attaques actuelles contre la science de la part de la nouvelle administration", a écrit cette dernière au quotidien The Washington Post. Musellement de la communication des chercheurs fédéraux, menace de gels de crédits, critique de la science environnementale et climatique, annulation d'un sommet climat et santé ont inquiété au plus haut point…

Les responsables des grandes institutions scientifiques françaises la soutiennent. Voici un communiqué du CNRS (Centre National de Recherche Scientifique) :

En tant que dirigeants d'opérateurs publics de recherche, nous souscrivons à l'idée que la « science est un processus et non un produit, un outil de découverte qui nous permet d'approfondir et d'affiner sans cesse notre connaissance de l'univers ». Confrontés nous aussi à des budgets contraints, nous partageons la conviction que « les restrictions budgétaires et le gel des recrutements vont à l'encontre de l'intérêt des Nations ».

C'est pourquoi nous soutenons pleinement l'initiative de cette marche citoyenne pour les sciences.

Jean Chambaz, Président de la Coordination des Universités de Recherche Intensive Françaises (CURIF)
Alain Fuchs, Président du CNRS
Yves Lévy, PDG de l'INSERM
Philippe Mauguin, PDG de l'INRA
Antoine Petit, PDG d'INRIA
Daniel Verwaerde, Administrateur général du CEA

Marcher pour les sciences le 22 avril c’est montrer le soutien et l’attachement des citoyens aux principes d’indépendance de la recherche, c’est défendre la construction des savoirs face aux opinions et idéologies préconçues, c’est affirmer la nécessité du dialogue entre sciences et sociétés, et exiger la prise en compte du travail scientifique dans les décisions politiques. Cette marche sera également l’occasion de se poser ensemble la question de la place des sciences dans la société et d’initier des actions de culture scientifique (http://www.marchepourlessciences.fr).

À Nantes, 400 personnes se sont rassemblées pour défendre la recherche publique indépendante des entreprises privés, multinationales et des lobbys industriels et financiers. On peut retrouver les photos à l'adresse suivante : https://drive.google.com/drive/folders/0By4PEEQWsYbybHkxai16MjhKVjQ, sur le site suivant : (cliquer ici)

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Tout savoir sur «2014-JO25», l’astéroïde qui va «frôler» la Terre ce soir (mercredi 19 avril 2017)

Il était passé près de la Terre il y a près de 400 ans, le voilà de retour. L’astéroïde « 2014-JO25 » va s’approcher de notre planète ce soir. Mesurant à peu près 650 mètres de large, il devrait faire le bonheur des astronomes du monde entier.

Est-il dangereux pour la Terre ?

La Nasa, l’agence spatiale américaine, s’est voulue très rassurante. Dans un communiqué, elle souligne qu’il n’y a « aucune possibilité que l’astéroïde entre en collision avec notre planète. »

Au point de vue de l’échelle astronomique, c’est extrêmement près. L’astéroïde passera à une distance équivalente à 4 à 5 fois celle qui sépare la Terre de la Lune.

Comment pourra-t-on l’observer ?

On pourra seulement l’observer au télescope. L’astéroïde aura une taille 70 fois inférieure à la plus faible étoile que l’on peut voir à l’œil nu. Au télescope, par temps dégagé, sans nuage, on voit un point. Si vous êtes à la campagne, c’est mieux, car vous éviterez la pollution lumineuse de Nantes (à au moins 30 km pour ne pas être gêné par son halo lumineux).

2014-JO25 sera normalement visible durant toute la nuit. « En début de nuit, l’astéroïde sera près de l’étoile Alkaïd, au bout du manche de la Grande Ourse, puis il se dirigera vers la Constellation des Chiens de Chasse ».

Une telle « visite » est-elle fréquente ?

Un objet de cette taille-là à cette distance-là c’est relativement rare. Le dernier passage marquant c’était en 2013, avec un astéroïde de 50 mètres qui était passé à 28.000 km de la Terre, c’était extrêmement près.

Dans le cas de cet astéroïde – dit « géocroiseur » car il évolue à proximité de la Terre - son prochain passage près de notre planète est prévu… dans 2600 ans environ. Raison de plus pour ne pas le rater ce soir.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La pleine lune du lundi 14 novembre 2016 sera la plus grosse depuis 1948

L'orbite lunaire n'est pas un cercle mais une ellipse

Une ellipse, cela signifie que la Lune va parfois passer plus près de la Terre, parfois plus loin. Le point le plus proche, le périgée, se situe à environ 360 000 kilomètres. Le point le plus éloigné, l'apogée, est à 405.000 kilomètres. C'est cette différence qui explique la variation de taille apparente de la Lune vue de la Terre. Lorsqu'une pleine lune se produit dans les environs du périgée, on appelle cela une "super-lune". Et la plus grosse super-lune possible, c'est quand la Lune passe exactement par le périgée lorsqu'elle devient pleine.

Mais il y a encore d'autres facteurs à prendre en compte. L'axe de l'orbite de la Lune bouge également, et effectue une rotation complète en 3 233 jours (un peu plus de huit ans et dix mois). C'est ce que l'on nomme la précession.

Il faut également savoir que la Lune ne se déplace pas à la même vitesse en fonction de sa position sur son orbite, comme l'a défini Kepler. Plus elle est près de la Terre, plus elle va vite.

Rendez-vous dimanche et lundi

En fonction de tous ces éléments, il devient rare que la Lune soit pleine lorsqu'elle passe exactement par son point le plus proche de la Terre. Le phénomène n'est pas très régulier, et c'est pourquoi la Lune ne s'est pas autant rapprochée de son périgée depuis 1948, et qu'il faudra attendre le 25 novembre 2034 pour avoir un passage aussi près.

Cette "super-lune du siècle", qui va se produire à deux heures seulement du passage au périgée, a lieu à 14h52 lundi... Ce qui nous prépare au moins deux belles nuits de pleine lune. 

Le meilleur moment pour observer la super-lune, c'est au lever ou au coucher lunaire. Du fait d'une illusion d'optique dont la cause n'est pas complètement élucidée, la Lune paraît alors plus grosse, d'autant plus si vous l'observez au-dessus d'arbres ou de constructions.

Dans ce cas précis, ce moment intéressant sera le coucher de lune, qui surviendra au petit matin peu avant le lever du Soleil (vers 7h20 le 14, par exemple, mais le spectacle est également au rendez-vous mardi avant l'aube).

Il faut donc espérer qu'il n'y aura pas de nuages de dimanche soir à mardi matin, pour profiter de la vue. Pour se consoler, on aura une autre super-lune, moins grosse, le 14 décembre. Mais là, au lieu de nous offrir un beau spectacle, elle le gâchera : la luminosité lunaire va rendre beaucoup plus difficile à observer l'essaim d'étoiles filantes des Géminides.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mercredi 5 octobre 2016, Prix Nobel de Chimie 2016

Le prix Nobel de chimie 2016 a été attribué au Français Jean-Pierre Sauvage, professeur à l'Université de Strasbourg, ainsi qu'au Britannique J. Fraser Stoddart et au Néerlandais Bernard L. Feringa pour leur travail sur les machines moléculaires.

Les machines moléculaires, ou nanomachines (qui ont la taille d'une molécule, c'est à dire de l'ordre de 10-9 m) peuvent être présentées comme un assemblage moléculaire capable de se mettre en mouvement de manière contrôlée en réponse à divers signaux : lumière, changement de température, etc. 

Une machine moléculaire est une molécule ou un groupe de molécules qui reproduit un mécanisme macroscopique et qui, en particulier, permet des mouvements de rotation et de translation. D'où l'intérêt de la synthétiser chimiquement et de faire effectuer un certain travail à cette molécule. "Il s'agit de fabriquer des molécules de synthèse, de les concevoir pour qu'elles aient des propriétés bien particulières, qui sont dynamiques", s'est félicité Jean-Pierre Sauvage, qui ne s'attendait "pas du tout" à être "nobélisé". Sur France Info, il a souligné que "les premiers travaux publiés qui ont conduit à ce prix ont plus de 30 ans". 

Une utilité qui "reste encore indéterminée"

"Le moteur moléculaire se trouve aujourd'hui au même stade que le moteur électrique dans les années 1830, lorsque les scientifiques exposaient des manivelles et des roues, sans savoir que cela mènerait aux trains électriques, au lave-linge, aux ventilateurs et aux mixeurs", a ajouté le jury du Nobel. La création d'ordinateurs moléculaires qui permettraient de stocker et traiter l'information au niveau moléculaire, ou des robots microscopiques, capables de remplir une grande variété de fonctions dans la médecine ou la vie quotidienne, comptent parmi les applications potentielles de ces machines.

Il est amusant de remarquer que les prix Nobel de Chimie et de Physique 2016 ont de nombreux points communs : il font appel à des propriétés topologiques des molécules en chimie et des matériaux condensés bidimensionnels ou monodimensionnels en physique et leur application passe par un changement d'échelle allant vers le nanoscopique (mille fois plus petit que le microscopique) pour faire des ordinateurs (et leurs périphériques) très petits et très puissants (ordinateurs quantiques en physique avec des minuscules dispositifs de stockage ou de déstockage d'énergie). Physique et chimie se complètent car on pourrait fournir de l'énergie aux "puces" quantiques des physiciens grâce aux machines moléculaires des chimistes ou inversement faire travailler ces machines moléculaires pour obéir à l'ordre donné par les puces quantiques.

Ce serait une sorte d'imitation du fonctionnement des animaux, qui grâce à la biochimie et à la biologie moléculaire, fournissent de l'énergie (grâce aux mitochondries qui sont des organites cellulaires, au sucre ingéré par l'organisme et au dioxygène respiré par l'organisme) au cerveau (aux neurones, qui sont des cellules nerveuses) pour que ce cerveau puisse faire fonctionner et contrôler le bon fonctionnement de tout l'organisme (pour contracter les fibres musculaires qui sont des protéines, donc des molécules donc des moteur moléculaires protéiques, sauf qu'ici, les molécules sont grandes, ce sont des protéines donc des macromolécules (actine et myosine).

Même si Jean-Pierre Sauvage reconnaissait lui-même en 2008, dans une interview à La Recherche, que "l'utilité des machines moléculaires reste encore indéterminée". "Les recherches restent encore très fondamentales", soulignait-il, "au point qu'il est difficile de dire quand et comment elles aboutiront".

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mardi 4 octobre 2016, Prix Nobel de Physique 2016

Le Nobel de physique a été attribué, mardi 4 octobre, à trois physiciens théoriciens en physique du solide britanniques travaillant aux États-Unis : David J. Thouless, F. Duncan M. Haldane et J. Michael Kosterlitz. Ils ont été récompensés « pour les découvertes théoriques des transitions de phase topologique et des phases topologiques de la matière », a indiqué le jury.

« Leurs découvertes ont permis des avancées dans la compréhension théorique des mystères de la matière et créé de nouvelles perspectives pour le développement de matériaux innovants », a écrit la Fondation Nobel. Elles ont aidé à la création de concepts nouveaux et importants de la physique, salue le comité.

Les matériaux innovants dont il est question sont des matériaux qui, grâce à leurs propriétés topologiques, conduisent beaucoup mieux le courant électrique (supraconducteurs et/ou superfluides) que ceux étant actuellement utilisés. Ce sont ces matériaux ayant des propriétés topologiques donc des transitions de phase topologiques permettant de passer de la conduction normale avec effet joule, donc perte d'énergie sous forme de chaleur à cause de la résistance à une conduction sans dégagement de chaleur donc sans perte d'énergie puisque la résistance devient subitement nulle, en dessous d'une certaine température, appelée température critique (on appelle cela une transition de phase puisque c'est un phénomène non linéaire, brutal). Ces matériaux restent théoriques, bidimentionnels ou monodimensionnels, et nécessitent une miniaturisation des composants électroniques beaucoup plus poussée que maintenant, ils pourraient être destinés aux ordinateurs quantiques.

Pour expliquer la supraconductivité observée dans tous les métaux à très très basse température (température critique de quelques kelvins), on utilise la théorie des paires de Cooper qui dit que l'on passe de la conduction normale avec des électrons (de spin 1/2 ou fermions) à la supraconctivité, c'est à dire la conduction sans résistance par formation de paires d'électrons (de spin 1/2 + 1/2 = 1 ou bosons), appelées paires de Cooper . Les fermions, de spin demi-entier, et les bosons, de spin entier, ont un comportement complètement différent car ils n'obéissent pas à la même statistique (statistique de Fermi-Dirac pour les fermions et statistique de Bose-Einstein pour les bosons). Contrairement aux fermions qui ne peuvent pas se superposer dans le même état (principe d'exclusion de Pauli) et peuvent toujours se discerner les uns des autres, les bosons (plus grégaires - se comportant plus comme des moutons - que les fermions) peuvent tous se superposer dans un même état, en devenant indiscernables les uns des autres, pour former une sorte de particule unique géante aux propriétés bizarres, comme dans le cas du rayon laser où tous les photons se superposent dans le même état, à la même longueur d'onde et en phase, ce qui donne à cette lumière une intensité, une directivité et une cohérence temporelle et spatiale hors du commun, car les photons sont des bosons de spin égal à un donc entier. 

Cette année, on aurait pu espérer un prix Nobel pour récompenser la physique expérimentale avec la détection des ondes gravitationnelles (détectées pour la première fois le 11 février 2016, voir ci-après), mais ce sera très certainement pour une prochaine fois...

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vendredi 30 septembre 2016, Nuit européenne des chercheurs 2016

Imaginez 320 villes dans toute l’Europe, 12 villes en France, où le même soir, à la même heure, des chercheurs partent à la rencontre du public pour lui raconter qui ils sont et ce qu’ils font. C’est la Nuit européenne des Chercheurs, manifestation culturelle de sciences, gratuite et ouverte à tous. Placée avant tout sous le signe de la découverte et du plaisir, la Nuit européenne des chercheurs est une occasion unique et privilégiée pour le grand public de rencontrer les explorateurs d’aujourd’hui : les chercheurs ! La Nuit des Chercheurs invite à la rencontre, à la découverte, à l’échange, au partage et à la surprise, à travers des animations ludiques et attractives au cours desquelles les chercheurs présentent aux visiteurs leurs travaux de recherche. Il s’agit d’une occasion privilégiée pour les chercheurs de partager leur passion pour la recherche et de parler de leur métier, dans une ambiance conviviale et festive.

Le vendredi 30 septembre à la Médiathèque Toussaint à Angers :

Au programme :

  • Le coin des chercheurs (25 espaces d’animations) : en continu de 18H30 à 23H30 et toutes les animations ponctuelles (durée 15 à 30 minutes)
  • Le bouche à oreille : à 18h30- 19h30-20h30 et 22h30
  • Top chrono pour ma thèse : à 19h et 22h
  • Histoire dans le noir : à 19h30 et 21h
  • 20 minutes pour en parler : à 20h et 21h
  • Speed searching : de 22h à 23h

 

Organisateurs : Terre des Sciences, Université Bretagne Loire (site d’Angers), Université et Maison de l’Europe d’Angers.
Contacts : 02 41 72 14 21
Jean-Pierre Jandot : jp.jandot@terre-des-sciences.fr
Annie Vimond : a.vimond@terre-des-sciences.fr
CarteCom-TDS-idees

Retour sur 2015 : 

Les animations de la soirée sur un plan du château sont  < ici >
Photos de la soirée : Diaporama NEDC
Reportage Radio Campus  Angers – Plateau Nuit Des Chercheurs 23 – 09 – 2015

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vendredi 30 septembre 2016, la sonde Rosetta s'est comme prévu crachée sur la comète Tchouri, fin de la mission de l'agence spatiale européenne (ESA)

La sonde Rosetta de l'Agence spatiale européenne (ESA) a effectué ce vendredi 30 septembre son ultime mission. Après plus de deux années à étudier la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko sur laquelle elle a largué l'atterrisseur Philae en novembre 2014, Rosetta a été dirigée droit vers "Tchouri", qu'elle a percuté vers 13h20. 

Au cours de cette descente "fatale"; de nouvelles images de la comète ont été prises et les instruments de la sonde ont enregistré et envoyé vers la Terre une dernière série de mesures sur les propriétés de la comète. Rosetta, qui n'a pas été conçue pour atterrir, était programmée pour s'éteindre dès qu'elle entrait en contact avec la surface du noyau cométaire. Des régulations imposent d'éteindre une sonde et son émetteur une fois que la mission est terminée pour ne pas perturber les autres communications dans l'espace.

De toute façon, "Rosetta n'a aucune chance de pouvoir communiquer avec nous une fois au sol car elle n'aura plus les moyens d'orienter son antenne principale", expliquait Sylvain Lodiot, responsable des opérations de vol de Rosetta à l'ESOC.
Au sein des équipes de l'ESA, "les sentiments sont un peu mêlés", reconnaît Matt Taylor, responsable scientifique de la mission Rosetta, interrogé par l'AFP. "Nous sommes excités" par ces derniers moments mais aussi "un peu tristes" car c'est la fin de la mission. "En même temps, nous savons qu'il y a encore beaucoup de recherches scientifiques à faire" autour des données recueillies, dit-il.

En savoir plus sur :

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lundi 26 septembre 2016, la Nasa a découvert des gerbes d'eau sur Europe, le satellite de Jupiter

Ce que l'agence spatiale américaine a détecté autour d'Europe, l'un des quatre grands satellites de Jupiter, pourrait faciliter la découverte d'une vie extraterrestre microbienne dans les années à venir. En utilisant le télescope spatial Hubble, des scientifiques ont en effet découvert des gerbes d'eau à la surface d'Europe. Dans un communiqué, la Nasa précise que ces sortes de geyser expulsent de la vapeur d'eau à près de 200 kilomètres au-dessus de la surface du satellite. Les scientifiques, qui publient leurs travaux dans la revue Astrophysical Journal, ont réussi à détecter ces gerbes d'eau en observant Europe passer devant Jupiter, en 2014, créant ainsi une ombre sur la surface de la géante gazeuse. Les chercheurs sont plutôt sûrs de leurs résultats, mais ils mettent en garde: pour y arriver, ils ont dû pousser Hubble dans ses derniers retranchements. Une erreur est donc toujours possible. Sauf que d'autres scientifiques avaient déjà détecté ce qui ressemblait à des panaches d'eau en 2012, toujours grâce à Hubble mais avec une méthode différente.

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 11 février 2016, les ondes gravitationnelles enfin détectées

La détection de ces ondes est détaillée dans la revue Physical Review Letters du 11 février 2016 par l’équipe de l’instrument LIGO, aux Etats-Unis, en collaboration avec celles de Virgo, détecteur essentiellement franco-italien et construit près de Pise, et de GEO600, en Allemagne. C’est le début d’une nouvelle ère, celle de l’astronomie des ondes gravitationnelles devenue désormais une réalité. Les chercheurs ont repéré l’infime effet du passage d’une telle onde, qui a la capacité de distordre les distances, de les allonger ou de les réduire très légèrement. Aucune autre onde ne peut le faire. L’effet est faible, de l’ordre d’une variation du dix millième de la taille d’une particule élémentaire (environ 10-19 m). Autrement dit, comme si l’étoile la plus proche, Proxima du Centaure, située à plus de quatre années-lumière de la Terre, se rapprochait de nous d’un demi-diamètre de cheveu… Pour mesurer une si minuscule distance, les chercheurs ont construit depuis vingt ans des instruments de mesure géants. LIGO, un détecteur interférométrique, est ainsi fait de deux tunnels perpendiculaires de quatre kilomètres de long chacun. A l’intérieur, deux faisceaux laser, parfaitement synchronisés entre eux, effectuent des dizaines d’allers-retours entre des miroirs. Puis, ces deux rayons sont recombinés à la sortie afin de vérifier leur synchronisation. Si une onde gravitationnelle secoue l’espace-temps et se propage jusque-là, elle étire un trajet lumineux avant l’autre, désynchronisant les lasers.

Plus d'informations : http://emmanuelhourdequin.free.fr/spip.php?article130

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vendredi 18 septembre 2015 : inauguration du laser PETAL au sein de l’installation Laser Mégajoule

Le président de la région Aquitaine, inaugure ce vendredi au Barp le laser PETAL (acronyme de Light Amplification of Stimulated Emission of Radiation et de PEtawatt Aquitaine Laser). Le "petit frère" du laser mégajoule sur le site du CEA-CESTA (acronyme de Commissariat à l'Énergie Atomique et aux énergies Alternatives - Centre d'Etudes Scientifiques et Techniques d'Aquitaine sur la commune du Barp entre Bordeaux et Arcachon) est devenu le 29 mai dernier le laser le plus puissant au monde avec une capacité d’1,2 petawatts (1,2 fois 10 puissance 15 soit 1,2 millions de milliards de watts). Les applications sont nombreuses.

Contrairement au laser mégajoule, destiné à reproduire en miniature et en laboratoire l’équivalent d’un essai nucléaire, PETAL, lui, a été conçu pour la recherche dans le domaine civil.

Le 29 mai dernier PETAL a battu un record mondial. Cet appareil est devenu en l’espace d’une fraction de seconde le laser le plus puissant au monde avec une énergie d’1,2 petawatts, soit un peu plus d’un million de milliards de watts. Après 10 ans de conception sur le site du laser mégajoule du Barp, PETAL est donc opérationnel. Il va permettre aux scientifiques français de repousser les limites de la connaissance dans de nombreux domaines.

Les applications sont multiples. On pense immédiatement au domaine de l’astrophysique (pour mieux comprendre le fonctionnement des galaxies, des étoiles et des planètes) ou de l’énergie avec la fusion thermonucléaire (deutérium, tritium) par confinement inertiel car même si le tritium est radioactif, la fission de l’uranium 235 dans nos centrales nucléaires servant à produire notre électricité génère une quantité inacceptable de déchets radioactifs à durée de vie pratiquement infinie. C’est aussi un espoir pour les médecins et notamment pour la lutte contre le cancer (avec de futures machines compactes produisant des faisceaux d’ions accélérés par laser déposant la majorité de leur énergie au moment de leur arrêt dans la tumeur selon ce que les physiciens appellent le pic de Bragg, contrairement aux rayons X qui la déposent un peu partout dans la zone irradiée, surtout au niveau de la peau, de manière moins localisée dans l’espace donc moins efficacement et avec plus d'effets secondaires indésirables). C'est ce que l'on appelle l'hadronthérapie pour remplacer la radiothérapie (hadron = particule lourde contenant des quarks comme les nucléons : proton, neutrons ou les noyaux d'atomes, aussi appelés ions puisqu'ils sont "épluchés" de pratiquement tous leurs électrons, ici il s'agirait typiquement de protons Z=1 ou de noyaux d'hélium Z=2 ou encore mieux, de noyaux de carbone Z=6).

Ceci dit, pour le cancer, mieux vaut prévenir que guérir en luttant contre toutes les formes de pollutions cancérogènes et pour l’énergie, la meilleure énergie est celle que l’on économise et c’est aussi l’énergie renouvelable, de flux (solaire, éolienne, hydraulique, biomasse) dans laquelle nous devrions aussi investir massivement. Quant à l’armement, l’idéal serait de pouvoir s’en passer en faisant la paix, ce qui sera impossible sans un meilleur partage des richesses et des ressources surtout lorsqu’elles sont en quantité limitée, sans plus d’entraide entre les peuples et les générations, sans plus d’amour, d’amitié, de respect mutuel et sans le respect de la biodiversité.

E.H.

Liens :

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Samedi 13 juin 2015 à 22h28, réveil de Philae sur la comète Tchouri

Samedi 13 juin 2015 à 22h28, un signal bref a été reçu pendant une quarantaine de secondes en provenance de Rosetta, l’orbiteur qui scrute l’évolution de la comète depuis août 2014 et qui avait largué Philae sur son sol gelé et poussiéreux, à quelque 500 millions de kilomètres de la Terre.

E.H.

https://cnes.fr/fr/philae-sest-reveille

https://cnes.fr/fr/le-contact-est-retabli-avec-philae

https://rosetta.cnes.fr/fr/jai-eu-la-chance-de-voir-le-reveil-de-philae

http://www.rosetta-cnes.fr/rosetta/philae/philae.html

http://www.lemonde.fr/cosmos/article/2015/06/14/reveil-du-robot-philae-sur-la-comete-tchouri_4653826_1650695.html#BMmxdtFxzZ2HsLxK.99

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/2015/06/16/reveil-du-robot-philae-l-immense-joie-des-chercheurs-de-grenoble-748363.html

http://emmanuelhourdequin.free.fr/spip.php?article124

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vendredi 20 mars 2015, Eclipse de soleil partielle (75%) visible en France vers 9h30 (filtre solaire certifié obligatoire pour ne pas endommager irréversiblement sa rétine en regardant le soleil directement...) :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Éclipse_solaire_du_20_mars_2015

http://www.imcce.fr/promenade/pages6/794.html

http://clea-astro.eu/activites/eclipse-totale-de-soleil-du-20-mars-2015

E.H.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mercredi 28 janvier 2015 : Mort du prix Nobel de Chimie Français Yves Chauvin :

http://img.aws.la-croix.com/2015/01/30/1274751/Yves-Chauvin-prix-Nobel-chimie-chez-Tours-2005_1_730_394.jpghttp://img.aws.la-croix.com/2015/01/30/1274751/Yves-Chauvin-prix-Nobel-chimie-chez-Tours-2005_1_730_394.jpgEn 2005, Chauvin, Robert Grubbs et Richard R. Schrock reçoivent le prix Nobel de chimie « pour le développement de la méthode de la métathèse en synthèse organique ». Ce prix récompense les recherches et découvertes d’Yves Chauvin dans ce domaine dès le début des années 1970 (notamment la publication du mécanisme de métathèse des oléfines, en 1971, avec Jean-Louis Hérisson) et les travaux de Grubbs et Schrock dans la recherche de méthodes de catalyses efficaces de ce processus ainsi que les très nombreuses applications concrètes permises par la métathèse.

E.H.

https://lejournal.cnrs.fr/articles/deces-du-chimiste-yves-chauvin-prix-nobel-en-2005

http://www.la-croix.com/Ethique/Medecine/Deces-d-Yves-Chauvin-prix-Nobel-de-chimie-2005-2015-01-30-1274751

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mercredi 12 novembre 2014 : Philae, le robot largué par la sonde Rosetta lancée par l’Agence Spatiale Européenne s'est posé sur la comète Tchourioumov-Guérassimenco à 15 h 34 min 54 s UTC, 16 h 34 min 54 s heure de Paris. Le signal radio témoignant de cette réussite sans précédent est parvenu sur Terre peu après 16 h 03 UTC, 17 h 03 heure de Paris :

C’est la première fois dans l’histoire spatiale que l’homme a réussi à faire atterrir un robot sur une comète. Opportunity et Curiosity ont été envoyés respectivement en 2004 et en 2013 sur Mars par la Nasa. C’est maintenant au tour de Philae d’avoir été largué par la sonde européenne Rosetta sur la comète Tchourioumov-Guérassimenko (Tchoury de son petit nom). Lancée en 2004, la sonde Rosetta a voyagé pendant 10 ans jusqu’à Tchoury, parcourant ainsi … 400 millions de kilomètres. 

E.H.

http://emmanuelhourdequin.free.fr/spip.php?article119

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Nobel de Physique 2014

Le prix Nobel de Physique 2014 a été attribué conjointement à Isamu Akasaki, Hiroshi Amano  (physiciens japonais) et Shuji Nakamura (physicien américain d’origine japonaise) "for the invention of efficient blue light-emitting diodes which has enabled bright and energy-saving white light sources" donc pour l’invention des diodes électroluminescentes bleues (DEL en français et LED - light emitting diode - en anglais) permettant de fabriquer, entre autres, des lampes à LED très économes en énergie grâce à leur grande efficacité énergétique, en les associant avec des LED rouge et des LED vertes (plus anciennes).

E.H.

http://emmanuelhourdequin.free.fr/spip.php?article115

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Nobel de Chimie 2014

Le prix Nobel de Chimie 2014 a été décerné conjointement à Eric Betzig (physicien américain), Stefan W. Hell (physicien allemand) et William E. Moerner (chimiste américain) "for the development of super-resolved fluorescence microscopy" donc pour le développement de la microscopie optique monomoléculaire à fluorescence (STED) bien au delà de sa limite théorique de résolution (très haute résolution ou nanoscopie).

E.H.

http://emmanuelhourdequin.free.fr/spip.php?article116

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Nobel de Physique 2013

Le Prix Nobel de Physique 2013 a été attribué le mardi 8 octobre 2013 conjointement à François Englert et Peter W. Higgs "for the theoretical discovery of a mechanism that contributes to our understanding of the origin of mass of subatomic particles, and which recently was confirmed through the discovery of the predicted fundamental particle, by the ATLAS and CMS experiments at CERN’s Large Hadron Collider" (pour la découverte théorique d’un mécanisme permettant de comprendre l’origine de la masse des particules subatomiques qui vient d’être confirmée par la découverte expérimentale de la particule fondamentale qu'ils avaient postulée en 1964 à savoir le aujourd'hui très célèbre "boson de Higgs" le 4 juillet 2012 grâce aux détecteurs ATLAS et CMS du LHC (grand collisionneur de hadrons : quarks, antiquarks, gluons) au CERN à Genève).

E.H.

http://emmanuelhourdequin.free.fr/spip.php?article95

http://emmanuelhourdequin.free.fr/spip.php?article56

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Nobel de Chimie 2013

Le prix Nobel de Chimie 2013 a été décerné conjointement à Martin Karplus, Michael Levitt et Arieh Warchell "for the development of multiscale models for complex chemical systems" (pour le développement de modèles multi-échelle pour les systèmes chimiques complexes).

E.H.

http://emmanuelhourdequin.free.fr/spip.php?article96

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Nobel de Physique 2012 au Français Serge HAROCHE pour l'étude expérimentale de systèmes quantiques individuels

 

 

Le prix Nobel de Physique 2012 a été attribué conjointement à Serge Haroche et David J. Wineland "for ground-breaking experimental methods that enable measuring and manipulation of individual quantum systems" (pour l’invention de dispositifs expérimentaux révolutionnaires permettant de mesurer et de manipuler des systèmes quantiques individuels).

E.H.

 

 

 

 

 

- lien officiel :

http://www.nobelprize.org/nobel_prizes/physics/laureates/2012/

- lien CNRS :

http://www2.cnrs.fr/presse/communique/2815.htm

- Lien vers une conférence de Serge Haroche, donnée en juillet 2000 dans le cadre de l’Université de Tous les Savoirs :

http://www.canal-u.tv/video/universite_de_tous_les_savoirs/la_physique_quantique_serge_haroche.1065

- Voici les images servant à une présentation de sa recherche devant un public non spécialisé à Aubervilliers :

http://www.cqed.org/IMG/pdf/Aubervilliers.Atome-Lumiere2.pdf

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pièces jointes
Aucune pièce jointe