En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Critiques libres d'élèves

Dans la mer il y a des crocodiles

Par Matthieu PINEL, publié le lundi 24 novembre 2014 11:05 - Mis à jour le mardi 6 février 2018 19:52

Ce livre est une réflexion sur l'immigration qui touche les adultes comme les enfants. C'est une aventure qui laisse des traces et qui blesse à la fois physiquement et moralement. Chaque frontière passée change la personnalité de chacun. « Aucune frontière ne laisse passer sereinement, elles blessent toutes écrit Laurent Gaudé, l'auteur d'Eldorado qui centre son histoire autour de l'immigration et du voyage.

Dans le livre de Fabio Geda, nous l'histoire d'Enaiat lorsqu'il était enfant. Il naît à Nouva en Afghanistan, un pays hostile. Très jeune, son père meurt et sa mère est fortement endettée et menacée. Afin de sauver son fils Enaiat, elle lui fait passer la frontière et le laisse seul dans ce vaste monde. Quelle vie pour un enfant de dix ans ! Son voyage le fera passer pas six frontières, pour peut-être atteindre son Eldorado.

Si la fin est heureuse, son voyage l'est moins. Il va échapper à la mort à plusieurs reprises, que ce soit les balles, la fatigue, l'océan ou le froid. Il verra des personnes succomber à la faucheuse. Certains seront des personnes qui migrent comme lui, d'autres seront des amis. Une enfance détruite, terriblement bouleversée et horrifiée. Il aura toutefois quelques moments heureux, comme le jour où il achètera sa toute première montre dont il était fier…

 

Ce roman m'a fait sourire et m'a attristé à la fois. J'ai aimé partager l'aventure d'Enaiat et vivre ses épreuves en sa compagnie. Il a beau avoir une enfance arrachée, il n'en reste pas moins un enfant pour autant. Il a des amis, il aime les bonbons, jouer au foot. C'est un « récit d'enfance hors du commun ». Enaiat atténue ces malheurs en faisant preuve d'ironie et d'auto-dérision. De quoi faire sourire le lecteur tout en le faisant pleurer. Il essaie parfois de voir le bon côté des choses, il reste optimiste et se persuade que les choses vont s'arranger. Il est « impressionnant de courage et de dignité humaine ».

 

 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe